sylvain-villard.com
AUTEUR ACHAT CONTACT OUVRAGES
  histoire  |  étude  |  albums  |  nouvelles contes et légendes  |  en Ardèche sous l'Occupation  
 
 



caractéristiques du livre

catégorie: histoire
thème:
ISBN 978-2-9525-0354-9
éditeur: EX LIBRIS
15 x 21
214 pages

prix: 18,50 € + expédition : 5,30 €
 

EN ARDECHE SOUS L'OCCUPATION - LIVRE 2

photo : couverture de EN ARDECHE SOUS L'OCCUPATION - LIVRE 2 VI - 13 avril 1944, arrestation, torture et exécution du libraire-résistant

Auguste Adelbert, artisan relieur-encadreur, exploite avec son épouse Renée une librairie-papeterie. Dans les derniers mois de 1940, le couple fait la connaissance de Louis et Anna Govers, des Belges réfugiés à Privas. Dans le courant du mois de mars 1941, les deux hommes entrent dans le réseau Cochet dirigé par l'ingénieur Calloud, puis travailleront ensemble pour le réseau belge Sabot. Vraisemblablement dénoncé, il est arrêté par les Allemands et incarcéré à Viviers où il sera très sévèrement torturé. Le 13 avril 1944, il est conduit sur les bords du Rhône...

VII - 21 mars 1944, intervention et répression allemandes à Sanilhac

En cantonnement dans les dépendances du château de Brison, une unité de l'Armée Secrète, ayant sans doute su que l'occupant préparait une opération armée à son encontre, quitte les lieux sans informer quiconque des raisons de son départ. Quelques jours plus tard, un détachement FTP est accueilli à Brison et s'y installe. Le lendemain même de son arrivée, les Allemands investissent l'endroit. Les maquisards, ayant réussi à échapper à l'encerclement, montent une embuscade dans laquelle va tomber le convoi ennemi. Plusieurs soldats sont tués.
Par mesure de représailles, les Allemands reviennent 5 jours plus tard, pillent et incendient plusieurs maisons et exécutent 10 otages amenés à Sanilhac depuis Viviers. Pierre Tonnot nous conte les circonstances de ces assassinats...

VIII - 16 juin 1944, l'échec du commando FTP du lieutenant René

Un commando comprenant des éléments relevant de l'organisation des FTP et de celle de l'AS est mis sur pied. Objectif : procéder à un coup de
16

main sur le dépôt de carburants de La Mure au Pouzin, afin d'effectuer un important prélèvement d'essence. Les GMR gardiens de la place auraient reçu l'ordre de ne pas s'y opposer. Le responsable de la compagnie AS chargée de la protection du détachement FTP est informé, quelques heures seulement avant le déclenchement de l'opération, que les Allemands ont été avertis des intentions des résistants et qu'ils occupent le dépôt. Le lieutenant AS Pierre Charras, demande à son homologue FTP Gabriel Allemand (alias René), de renoncer au raid au regard de la nouvelle et très dangereuse situation qui les attend au Pouzin. Mais les FTP ne veulent rien entendre et partent pour accomplir leur mission...

IX -29 juin 1944, les attaques des 31e et 33e compagnies AS ou, le disparu du Chambon-de-Bavas

L'engagement de Paul Chave dans la Résistance illustre ces trop brefs moments que passèrent dans la lutte contre l'occupant bien de jeunes engagés volontaires du 6 juin 1944. Sans doute le sien ne fut-il que d'une trentaine de jours. L'Histoire de la Résistance ardéchoise le dit tué au combat le 29 juin au Chambon de Bavas. Il n'en fut rien. Mais aujourd'hui encore, nul ne sait, après qu'il eut été fusillé, où sa dépouille fut mise en terre.

X - 5 et 6 juillet 1944, la bataille du Cheylard et le combat de Burianne

Le Comité départemental de libération de l'Ardèche réuni à Tour-non, décide, le 2 juin, de rallier le Cheylard dès l'annonce du débarquement des Alliés. C'est ainsi que le 6 juin, les éléments du secteur B de l'AS et leur Pc. occupent les annexes du château de La Chèze, le CDL prend position dans les locaux de l'école de garçons et l'état-major départemental de l'AS dans ceux de l'usine Dejoux. Une compagnie de FTP s'installe à Accons, dans le château de La Motte...
Le 5 juillet, appuyée par l'aviation, une forte colonne allemande de véhicules et de matériels d'artillerie, partie de Valence, progresse sur la route en direction de Mézilhac. Débute alors la bataille du Cheylard avec son meurtrier combat de Burianne. Les résistants, qui prendront la décision de s'opposer à l'avancée des forces de l'ennemi, vont payer un lourd tribut en vies humaines, ainsi que, par voie de conséquence, les populations civiles. Quelque 400 personnes (civils et FFI tués, blessés et disparus) seront touchées par cette opération menée par le Groupe de combat allemand Zabel (1500 à 1800 hommes).







Ce qu'en a dit la Presse (sélection) :
 
 
 
 Vendredi 22 Septembre 2017     identification membres    plan du site    informations légales   
Dernière mise à jour du site le Dimanche 18 Décembre 2016